AJFFLF - Association des Jardins Familiaux de Fontenay-Le-Fleury

Archives 2015

Fête de la citrouille - Reportage

Rédigé par Sophie - - aucun commentaire

Samedi 31 octobre 2015, aux alentours de 11 heures, dans les jardins.

Le soleil est au rendez-vous, la journée s'annonce radieuse. Tant mieux. Le pari d'une animation un 31 octobre est toujours un peu risqué mais, pour cette fois, la chance est avec nous.

Une dizaine de personnes s'affairent autour des tables pour préparer les citrouilles qui serviront de lanternes.

Les enfants apportent volontiers leur concours...

... mais savent également se ménager des pauses bien méritées.

Même si l'uniforme rayé est de sortie, ce n'est pas le bagne, tout de même !

En fin de matinée, les quinze citrouilles dont nous disposons sont prêtes pour les ateliers décoration de l'après-midi.

Un déjeuner pris sur le pouce, et voilà déjà les premiers visiteurs qui nous rejoignent pour les animations de l'après-midi.

Au programme : sculptures de citrouilles, peinture, préparation des lumignons... le jardin se transforme pour un temps en atelier créatif.

Les bocaux en verre, récupérés au fil des semaines, peints aux couleurs de la citrouille et décorés par les participants, sont accrochés sur les grillages qui jouxtent l'allée centrale. Le sourire ne trompe pas, les esprits sont déjà à la fête.

Les citrouilles, sculptées, trouvent leur place dans le décor.

Certaines, moins timides que d'autres, se prêtent à une séance photo.

Une araignée, voyant d'un très mauvais oeil les citrouilles s'installer sur le devant de la scène, se hisse au sommet de l'une d'entre elles et nous jette un regard glaçant.

Mais le soleil commence à décliner. Le temps de planter les derniers éléments du décor...

...et déjà, une ombre se dresse.

La sorcière est là, qui nous guette...

... tandis que Dame Citrouille attend ses invités.

Merci à Boris et Catherine qui sont arrivés à point nommé et qui ont très gentiment prêté main forte pour la mise en place de la table qui devait accueillir le Banquet des Citrouilles.

A la nuit tombée, les jardins s'illuminent.

Les photos peinent à rendre l'ambiance magique de ces instants partagés en toute convivialité, à la lueur des lumignons.

Les enfants les plus téméraires sont invités à pénétrer dans le Manoir.

Lorsque l'un d'entre eux, prenant son courage à deux mains, accepte de pénétrer dans l'Antre des Fantômes, la porte se referme sur lui, laissant ses camarades à l'extérieur imaginer le pire en entendant les cris d'effroi qui ne tardent pas à monter dans la nuit. La petite animation rencontre un franc succès. Les plus grands, en sortant, comme pour se rassurer, ne peuvent admettre leurs petites frayeurs sans perdre contenance et répétent à qui veut bien l'entendre : "même pas peur". 

L'atelier maquillage trouve également son public. Merci à Stéphanie et Frédéric qui ont joué du pinceau et de l'éponge pour le plus grand plaisir des petits et des grands.

Petite galerie de portraits.

Au Banquet des Citrouilles, des plats créés spécialement pour l'occasion...

...ont rivalisé (avec grand peine) avec un stand de crêpes sucrées. Merci à Eric et Gérard pour avoir assurer la Crêpes Partie.

Mais, à vouloir prendre la place du chef, on pouvait y risquer sa peau.

Et tandis qu'un drame semble se nouer (ne vous fiez pas aux apparences, et rassurez-vous, chers lecteurs, Gérard s'en est sorti indemne),  une petite fille et sa maman semblent goûter le plaisir de la fête.

Merci à Carlos qui s'est occupé du barbecue une bonne partie de la soirée.

Avec Carlos aux fourneaux, le chauffage d'appoint était assuré !

La photo de la fin à l'équipe organisatrice avec qui j'ai partagé quelques bons moments de rigolade et qui a répondu présente pour transformer le projet en réalité. Merci les filles et vivement l'année prochaine !

De gauche à droite : Thérèse, Florence, moi, Dame Citrouille (notre mascotte), Géraldine, Caroline et Stéphanie.

Un petit bonjour à Remi qui passait par là.

Gâteau à la citrouille

Rédigé par Caroline - - aucun commentaire

Les ingrédients

50 g de beurre

500 g de potiron

1 cm de gingembre frais (ou 1 cuillère à café de gingembre moulu)

1 orange (faute d’orange, j’ai pris 2 clémentines)

1 cuillère à café de cannelle

150 g cassonade

30 g de rhum brun (facultatif)

4 œufs

1 sachet de levure chimique

100 g de fécule de maïs

 

La recette

Faites fondre le beurre dans une grande casserole.

Ajoutez le potiron coupé en cube, le gingembre râpé, le zeste puis le jus d’orange, la cannelle, 100 g de cassonade et mélangez.

Laissez mijoter environ 20 minutes, piquez avec la pointe d’un couteau pour juger la cuisson.

Versez le rhum (je n’en ai pas mis).

Incorporez le reste de la cassonade.

Mixez, cassez les œufs au fur et à mesure tout en continuant de mixer.

Ajoutez la levure, battez tout en insérant la fécule de maïs.

Versez la préparation dans un moule beurré

Cuire au four à 200° 30 à 40 minutes (piquez avec la pointe d’un couteau, la lame doit sortir sèche).

Laissez refroidir.

Pour la décoration, je vous propose de saupoudrer un peu de sucre glace et à vous de sculpter votre citrouille !!!

La verveine ou "herbe des sorciers"

Rédigé par Thérèse - - aucun commentaire

Egalement appelée "Herbe des Sorciers", la verveine était autrefois utilisée dans les cérémonies religieuses par les prêtres gaulois (Druides), les guérisseurs d’Asie et d’Amérique du Nord (Chaman) pour prédire l'avenir ou chasser les mauvais esprits. Les prêtres romains s’en servaient pour nettoyer les autels dédiés à Jupiter. Ce n’est que vers le XVIIème que l’on commence à prêter un intérêt particulier à ses vertus médicinales, notamment dans le traitement des ulcères.

Sur le plan de la santé

  • Verveine officinale

Action sur le système digestif : digestions difficiles, maux de ventre, diarrhée.
Action sur le système nerveux : anxiété, vertiges.
Contre les affections de la peau : peaux atopiques (eczéma), érythèmes fessiers ou solaires, crevasses, gerçures, piqûres d'insectes, contusions et foulures.
La verveine officinale a des propriétés anti-inflammatoires. Grâce à la présence de prostaglandine (substance dérivée d’acides gras non saturés) qui régulent la dilatation des vaisseaux et l'agrégation des plaquettes, elle peut avoir une action semblable à celle de l'aspirine. A la fois antitussive et antispasmodique, on lui attribue un effet relaxant dans les états de fatigue nerveuse et les crampes. Elle est aussi préconisée pour soigner ou traiter les aphtes. Elle agit sur le système hormonal, notamment sur les règles irrégulières, et a un effet stimulant sur l'utérus. La verveine favorise l'appétit grâce à son action sur les sucs digestifs.
La verveine officinale s'utilise sous différentes formes.
- La préparation la plus simple consiste à verser de l'eau bouillante sur 1,5 g de verveine coupée puis de filtrer après cinq à dix minutes. La verveine officinale peut aussi se conseiller en bain de bouche en cas d'ulcères buccaux.
- L'huile essentielle de verveine officinale est fabriquée par un processus de distillation par entraînement à la vapeur. Quatre à cinq kilos de feuilles et tiges de verveine produisent 10 ml d'huile essentielle. En usage interne, la posologie est de 2 à 6 gouttes, deux fois par jour, dans 250 ml d'eau chaude. En usage externe, elle est utilisée en onctions locales pures (2 gouttes le long de la colonne vertébrale, sur le plexus solaire ou la face interne des poignets) ou en onctions diluées dans une huile végétale.
- Les gélules à 100% de plante dosées à 1 380 mg se prennent à raison de 3 à 6 gélules par jour.

  • Verveine citronelle

La  verveine citronnelle est conseillée dans le traitement d’états dépressif, d’anxiété ou de stress. Elle a des effets bénéfiques sur les troubles gastro-intestinaux ou digestifs


Où la planter ?
Cette plante a besoin d’un sol léger, frais, riche en humus et d’une exposition ensoleillée. Elle supporte les gelées jusqu’à -7 °C, à condition que le sol soit bien drainé.
Installez à ses pieds des annuelles parfumées, bien touffues, afin de couvrir la base souvent dégarnie :  des pélargoniums à feuillage odorant, des héliotropes.


Quand planter la verveine ?
La plantation s’effectue en mai, lorsque tout risque de gelée est passé.


Comment la planter ?
Faites un trou de quatre fois le volume de la motte en tout sens.
Trempez le contenant dans une cuvette d’eau pendant 5 min.
Si votre terre n’est pas bien drainée, mettez une couche de sable ou de gravier au fond du trou.
Ajoutez une pelletée de compost à la terre retirée, rebouchez partiellement le trou.
Dépotez puis positionnez la plante, rebouchez, tassez, arrosez.

 

Quand bouturer ?
Cette plante ne donne pas de graines sous nos climats, mais la multiplication par bouturage, de mai à septembre, est facile à réaliser.


Comment bouturer ?
Prélevez des tiges de 8 à 10 cm. Ces boutures peuvent être prises sur les nouvelles pousses du printemps ou sur des tiges lignifiées à la fin de l’été.
Supprimez les feuilles sur la moitié inférieure, ainsi que les fleurs si elles sont déjà formées. Dans une terrine, drainée avec une fine couche de gravier et emplie d’un mélange moitié terreau et moitié sable, faites des trous avec le doigt ou un bâton  tous les 3 cm et installez les boutures en les enfonçant de moitié. Tassez bien la terre, arrosez, et mettez cette terrine à mi-ombre, à l’abri des vents. N’oubliez pas de surveiller tous les jours les besoins en eau de ces nouveaux bébés. Arrosez dès que la terre sèche, jamais avant.
Début novembre, abritez la terrine, sous châssis, en serre froide, ou sous une bonne couche de fougères sèches, ou encore en mini-serre en plastique,  pensez à aérer dès qu’il fait beau et doux.
En mars, rempotez les boutures en godets individuels, dans le substrat qui a servi aux boutures.
Attendez le mois de juin pour les mettre en place définitive, au soleil, et en sol bien drainé.

 

La sarriette ou "Herbe à Satyre"

Rédigé par Thérèse - - aucun commentaire

La sarriette, encore appelée « herbe à satyre » en raison de ses vertus aphrodisiaques, est une plante très mellifère (produit du nectar, substance liquide très sucrée récoltée aussi par les insectes butineurs)herbacée à tiges poilues, possède des feuilles étroites et très odorantes. Sa floraison de couleur blanche à rose a lieu de juillet à octobre.

Cette annuelle ou vivace, selon les espèces, est cultivée pour ses qualités condimentaires et ses propriétés médicinales.

Coté cuisine

On peut employer ses feuilles fraîches ou séchées pour aromatiser les salades, les crudités, les sauces, les viandes et les légumes. On peut aussi faire de la liqueur avec la sarriette ou des infusions avec les fleurs.

Sur le plan de la santé

La sarriette est aussi stimulante, antispasmodique, antiseptique, fortifiante et digestive.

Elle est aussi très efficace pour soulager les piqûres d'insectes en frottant la partie douloureuse avec quelques feuilles.

 

Où planter la sarriette ?

La sarriette aime un sol léger, sec, pauvre et plutôt calcaire. Elle n'aime pas les sols argileux. Si c'est le cas, mélangez du sable à votre terre et prévoyez un bon drainage dans le trou. En outre, elle préfère les expositions chaudes et bien ensoleillées.

Au potager, elle repousse les pucerons et apprécie la compagnie de l'ail, des choux, des haricots, des oignons et des tomates.

Elle ne s'entend pas avec le concombre, le cornichon et la sauge.

 

Semer en pleine terre

  • Semez de préférence fin avril, en pleine terre.

  • Recouvrez légèrement les graines.

  • Éclaircissez à 20 cm quand 3 ou 4 feuilles apparaissent sur la plantule.

  • Arrosez en pluie fine.

  • La levée a lieu 15 jours après environ.

  On peut récupérer les graines parfaitement mûres pour effectuer de prochains semis. Elles gardent leurs facultés germinatives durant 5 ans environ.

Culture et entretien de la sarriette

La sarriette ne demande pas beaucoup d'entretien :

  • Arrosez seulement en cas de fortes chaleurs,

  • Binez et sarclez pour aérer la terre.

  • Prévoyez un paillage en automne pour les régions au climat froid.

  • Pour une production plus abondante, rabattez les tiges à 10 cm de la souche chaque printemps.

 

Récolte

On peut récolter les feuilles de la sarriette tout au long de l'année et selon les besoins. Il est cependant préférable de cueillir les feuilles le matin.

Les feuilles de la sarriette se consomment de préférence fraîches. Toutefois, on peut les sécher entières ou les réduire en poudre. À conserver dans un bocal hermétique.

Multiplication de la sarriette

La multiplication de la sarriette se réalise par division des touffes et par bouture.

Division des touffes

  • Divisez les touffes en avril.

  • Replantez les éclats des vieilles touffes sans attendre.

Bouturage

  • Bouturez les tiges semi-ligneuses au printemps ou en août.

  • Choisissez des pousses de 10 à 15 cm de longueur.

  • Plantez-les à l'ombre.

  • Plantez-les ensuite en pleine terre en bordures ou en lignes.

Le potager des quatre saisons... en novembre

Rédigé par Caroline - - aucun commentaire

Les semis

Fèves : profitez des dernières douceurs.

 

Les plantations

Ail

Echalotes

Les bisannuelles comme les pâquerettes, les pensées, les myosotis ou les giroflées

Arbustes à racines nues

 

Les récoltes

Betteraves

Carottes

Poirée

Radis d'hiver

Roquette

Mâche

Salades chicorées

Epinards

Choux de Bruxelles

Poireaux

Endives pour les mettre à forcer

 

L’entretien à apporter aux cultures en place

- Taillez les framboisiers avant l’hiver :

  • Couper les branches sèches au pied, les rameaux qui poussent à l'horizontal ou à ras du sol ainsi que les branches chétives.
  • S'il est trop dense, garder les beaux rameaux et supprimer le reste pour bien aérer le framboisier. Les branches qui seront gardées seront rabattues de moitié.
  • Profitez en pour désherber les pieds à la main.

- Couvrir les arums.

- Tailler les rosiers de moitié.

- Rabattre les vivaces à 10/15 cm du sol en laissant quelques fleurs pour que les oiseaux se nourrissent de leur graines.

- Aérer les choux, scaroles et frisées.

 

Autres activités

- Protégez les salades d'hiver des gelées avec un voile de forçage.

- Continuez de ramasser les feuilles mortes pour les composter.

- Bêcher le jardin surtout pour les sols argileux.

- Réparer les châssis.